09 janvier 2008

les sepents et les meteores

Quand je suis arrivé à Grootfontein et que j’ai cherché à savoir où il y’avait moyen de dormir. Tout le monde voulait m’envoyer dans des Lodges. J’ai eu un mal de chien à arriver à savoir où ils allaient dormir, les gens, quand ils n’habitaient pas le bled mais n’étaient pas non plus des touristes tout rouges en quat’quat de location avec pare buffle de la mort. J’ai fini par me retyrouver dans une espèce de centre aéré presqu’aussi déglingué que la Féria Popular de Luanda, avec ses trois piscines en ruines. Une grande avec un super plongeoir géant tout rouillé, une moyenne avec un beau toboggan effondré et une petite avec rien qui devaient servir à tremper les mômes ou les pieds selon son envie.À côté, il y’a un bar resto genre ginguette années trente en gros moellons rejointoyés, avec tonnelles et jolie terrasse et puis surtout des vieux arbres partout, des flamboyants en fleurs, des oliviers, des conifères, un incroyable melting pôt botanique et au milieu de tout ça de délicieusement infâmes petits bungalow verts fluo avec volets bleus et toit en tôles rouges pétard. Ici, plus question de manger de l’autruche grillée ou du rôti d’oryx aux airelles, ici c’est saucisses-frites et elle est tellement live cette chronique que je suis en train de foutre du gras plein mon clavier. Ce matin, j’avais dans l’idée de traîner un peu chez les riches pour bosser confortablement avant de reprendre la route, et puis je ne sais pas, je ne me sentais pas raccord au milieu de tous ce monde, alors j’ai préféré m’en aller.girafes Quand on roule au petit matin, c’est là qu’on croise le plus de bestioles. Avant de rejoindre la route principale, j’ai délogés quelques zèbres et gazelles, coursé des phacochères mais je n’ai pas croisé de lions. gamedrive_copieLa veille, quand on est rentré d’avoir été chercher les deux litres d’huile, on a croisé un groupe de lionnes qui roupillait un peu avant l’entrée de l’hôtel, et je dois bien avouer que j’appréhendais un peu de les recroiser à moto. Personne n’a jamais pu me dire comment les bêtes sauvages percevaient les motos. Avec les bagnoles, on sait depuis longtemps qu’elles n’ont pas vraiment fait le rapprochement avec les humains qu’il y’a dedans. Savoir comment les lions perçoivent les motos c’est comme savoir si le motard attire la foudre, c’est des choses pour lesquelles quand on a vraiment l’explication, et bien c’est trop tard…lodge_copiebon, ce matin,les lions étaient allés voir ailleurs, je n’ai donc pas la réponse mais au moins je suis toujours là ! Dans le genre histoire d’animaux à la con, j’en ai une autre. Avant hier, quand j’étais dans le premier Lodge, je suis allé visiter leur petit zoo de reptiles. Les bestioles sont dans des petites maisons et on les mate à travers des grandes vitres. Mais quand on passe par derrière, là où n’est autorisé que le personnel, il y’a un grillage. Comme le cobra rayé de Namibie était tout au fond contre le grillage, et que j’étais tout seul dans le mini zoo, j’ai voulu aller le voir de plus près. Il a reculé un peu , puis il a gonflé son cou comme dans Tintin. Ce que je ne savais pas c’est que ces bestioles-là, ça t’envoie du venin dans la gueule à distance. J’ai un peu eu l’impression d’embrasser des orties, là, tout d’un coup. Je rois que c’est surtout dangereux quand ça touche les yeux, mais bon, je me sentais pas fier en rentrant à ma piaule et en me demandant s’il allait se passe quelque-chose ou pascobra_copie…finalement, j’ai connu des piments plus redoutables, mais sur le coup, je ne faisais pas le malin, je vous jure ! Un peu avant Grootfontein, il y’a un panneau qui indique « Météorite ». Comme j’avais le temps, j’ai été jeter un coup d’œil. J’avais entendu dire que c’était le truc à visiter dans le coin, alors dans ma tête, j’avais déjà imaginé un truc gigantesque à demi enfoncé dans le sable, un rocher que rien que de m’en approcher j’allais être transformé en mutant, en cinquième « Fantastique ». lion_moto_copieArrivé devant l’entrée, j’ai eu comme un doute. Il était parfaitement impossible que là, derrière ce petit mur, il y’ait un de ces trucs cosmiques qui ont fait disparaître les dinosaures. J’ai maté vite fait les cartes postales et quand j’ai vu que ce caillou ne mesurait que trois mètres sur un, j’ai rebroussé chemin dégoûté. Je m’en fous moi de savoir que c’est que du métal pur, du nickel, de cobalt et du iron. Je ne sais même pas ce que c’est le iron. Il faut dire que mon anglais géologique est assez limité.

Posté par ptiluc à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur les sepents et les meteores

Nouveau commentaire