18 janvier 2008

Le lendemain c’était la douane.

vieux_camionLe lendemain c’était la douane. C’est là qu’on jubile d’être sur deux roues. La route de la douane, c’est une bonne centaine de kilomètres de camions qui roulent les uns derrière les autres. Des qui portent des bulldozers, des Tata indiens tout neufs par convois entiers, des doubles semis remorques pleins à rabord et moi au milieu et la pluie au dessus. Les quatre ou cinq kilomètres avant la frontière, ce n’est qu’un gros tas informes de camions en attente, parfois depuis longtemps vu leur enlisement dans les bourbiers. J’ai mal dormi la nuit dernière, j’arrive un peu énervé au milieu de tous les grumeaux qui s’agglutinent pour te changer de la thune, t’aider dans les démarches…enfin t’aider, elle est bonne celle-là…je les envoie un peu chier mais pas trop parce que je suis quand même obligé d’abandonner la moto à côté d’eux, le temps des habituelles paperasseries que finalement je gère avec un certain professionnalisme; c’est pas de la frime, à force on finit toujours par gérer ...                                                                                                             -You come from SouthAfrica ?   avec_les_douaniers                                                                                                     -Non non, je parle Français ; je suis venu de la France…       -Ouuuuh, quoi, là, tu dis que tu es venu de la France avec l’engin-là, didon, mais toi tu es fort, là, ooouh… là mais tu es très très fort, là, toi…                                                c’est bon, c’est gagné, au suivant…immigration, police des frontières, douanes…y’en a un qui a voulu poser à côté de la bécane, c’est impec, après ça la barrière s’ouvrirait presque sous des applaudissements. Cette douane est un enchevêtrement bizarre, de cours et d’arrière cours boueuses et après chaque intronisation on est introduit dans la suivante. Et puis à la sortie, il ne faut pas oublier, on roule à droite. Le plus compliqué avec la conduite à gauche, c’est quand au milieu du voyage, on fait une escale d’une semaine dans un pays où on revient au côté droit. En arrivant en Namibie, il faut bien admettre qu’il y’avait eu comme un petit flottement. C’est pas que ça soit un problème sur la route, à moto on est au milieu de son véhicule et en plus on roule au milieu de la route…En ville, ça devient plus chiant, surtout avec les feux après les carrefours, à l’américaine. Là, bon, ça cafouille un peu, c’est vrai, mais il faut bien avouer que le pire avec la conduite à gauche, c’est quand on redevient piéton, le soir, qu’on a posé la bécane et que, un peu naze, on traverse la rue devant l’hôtel pour aller boire un coup…

Posté par ptiluc à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le lendemain c’était la douane.

Nouveau commentaire