26 janvier 2008

conte africain

                              route_de_pluie_copie

Je ne suis pas venu seul de Lubumbashi, en fait j’ai été suivi. La sympathique zone de pluie qui hier m’a accompagné toute la journée, m’a rejoint ici dans le jardin…Notre virée du weekend risque bien de se transformer en balade sur quatre roues…on verra bien. En attendant, comme il ne se passe pas grand chose, je peux vous raconter des histoires. On raconte beaucoup d’histoires par ici, il y’a une vieille tradition du conte en Afrique. Celui-ci vient d’un pays pas loin, mais je ne suis pas certain qu’il s’agisse vraiment d’un conte. C’est peut être un peu vrai quand même ; quand on nous raconte des histoires, on ne peut pas tout vérifier. C’est l’histoire d’un jeune chef qui était trop petit et trop maigre, un peu comme Kirikou mais Kirikou, lui , il était très malin.petit_pr_sident_copie Le Papa du jeune chef était un grand contrebandier du sud du pays qui avait fini grand chef parce que lui il était très malin, mais beaucoup plus gros que Kirikou. Il y avait aussi des gens qui l’avaient bien aidé mais c’est une autre histoire. Enfin pas tant que ça parce qu’on ne sait pas très bien qui l’a dégommé le contrebandier, mais ses amis l’ont vite trouvé bien encombrant, il faut toujours se méfier des amis qui vous offrent un trône. Donc, le fiston est arrivé et comme on le trouvait trop petit on l’a gavé comme une oie pour qu’il remplisse bien son bel uniforme. Le fiston avait plein de frères et de sœurs, c’est comme ça dans les contes ; comme ça finit toujours par « ils furent heureux et ils eurent beaucoup d’enfants », vingt ans plus tard, le prince est mort mais tous les enfants sont toujours là. Et ils en a fait tellement des enfants, qu’ils finissent par se tirer dans les pattes. Même parfois avec des guns de film de guerre, parce qu’un conte Africain, ça se passe en Afrique et en Afrique il y’a la guerre dans plein d’endroits et les armes qui vont avec à pas cher sur le marché. la_tata_but_e_copieDonc ici c’est un frère qui tue sa sœur, enfin qui l’a faite tuer, mais au résultat c’est pareil. Tout ça parce qu’elle voulait dire des trucs pas cool sur lui, des trucs genre qu’il a une petit bite et qu’il s’en sert bizarrement, puis que d’abord il est même pas le vrai fils du Prince. Vraiment elle est pas gentille cette sœur-là, c’est pour ça qu’on l’a criblée de balles, dans sa salle de bain, devant ses enfants. Il y’a aussi l’histoire de la Tata…la Tata elle s’était engueulée avec un cousin pour une histoire à la con, alors le cousin, il lui a fait le même plan que pour la frangine ; un plan avec des trous partout et du sang qui pisse. Bon, ce coup-ci, le cousin, il a quand même été puni . On l’a mis au coin ou on l’a criblé de balles, je ne sais plus très bien et comme il y’a une justice dans les pays démocratiques, l’état a été obligé de verser trente deux millions de dollars, à la famille de la morte, parce qu’il n’avait pas bien fait son boulot de protection, ça tombe super bien parce que c’est un famille de président et un président, ça manque toujours d’argent. 

Posté par ptiluc à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur conte africain

Nouveau commentaire