28 janvier 2008

deux jours plus loin

Aujourd’hui c’est samedi  On aurait déjà du être sur la route avec deux bécanes pour une petite virée dans le bush, mais on ne fera ça que demain et avec la bagnole, c’est comme ça, c’est la loi de la rain season. Alors j’écris mon article sur les raids organisés par Will, puis je vais au cyber m’occuper de mon blog et je fais réparer le zip de ma combi’ de pluie que j’ai évidemment explosé comme à chaque fois qu’on doit enfiler le ciré en catastrophe.

                        chez_la_couturi_re

Chez la couturière, j’ai un ticket d’enfer. Elle veut que je l’emmène à Maputo sur ma moto. Mais moi j’ai pas trop envie, j’aime pas les filles qui ressemblent à Tom Jones en fin de carrière avec les mêmes rouflaquettes et tout. C’est con, j’ai pas de bol, celle qui ressemble à Béyoncé, elle en a rien à foutre de moi, elle roupille sur sa machine à pédales comme si elle avait sniffé au moins quinze tubes de colle. 

Camel trophy du dimanche

poussage_de_caisseOn est donc parti à quatre dans le quat’quatre . Y’avait Will, Anny sa gonzesse, son colossal pote journaliste sportif qui a l’air d’être devenu le nouveau boyfriend de Anny et puis moi. Après une heure, avec Will, on s’est dit qu’on aurait pu prendre les bécanes. Malgré la pluie de la nuit, la piste avait l’air parfaitement praticable, mais bon, il m’a signalé tout de suite que plus loin, au aurait très vite regretté de ne pas avoir pris la bagnole. Moi j’ai pas trouvé, surtout quand le Toyota s’est coincé dans un bourbier et qu’on a passé la moitié de la journée à le sortir. On a d’abord essayé rien que nous et on y’est arrivé, mais dix mètres plus loin, on s’est replanté un peu . Alors, Will et moi, on est partis à pieds jusqu’au prochain village pour chercher des bras supplémentaires.On en a ramené dix magnifiquement répartis entre cinq jeunes hommes vigoureux sauf deux qui étaient un peu usés comme modèles. Mais bon, malgré tous ces renforts, on a pas réussi à l’extirper ce Land Cruiser à la con. Alors, il y’ a deux des villageois qui ont eu une super idée, ils sont allé chercher des bœufs. Après un temps indéterminé, il en ont ramené quatre et comme il y’ avait des bras supplémentaires qui s’étaient ajoutés par hasard, on était sûr, d’y arriver.tractovaches Et bien non… On a donc continué à essayer d’enlever le maximum de gadoue collante avec des outils de fortune et pendant ce temps-là, deux mômes étaient partis dans un autre village pour nous ramener des vaches supplémentaires. Finalement, à six bestiaux, on y’ est arrivés ; Il était temps, Will commençait à s’énerver et je me disais que s’il organisait ses raids moto comme ça, il faudrait peut être m’inquiéter un peu. Mais il m’a certifié qu’avec ses balades à moto, il s’y prenait moins à l’arrache que pour notre petite virée, puis que de toute façon, hors saison des pluies, c’est beaucoup moins compliqué. Bon, allez, je te crois sur parole mon pote. Puis maintenant, je sais plus que jamais que voyager en quat’quat’ sur la piste, il n’y a vraiment rien de plus chiant. On passe des heures à se faire secouer stupidement, alors qu’à moto, faut pas déconner, on est le roi, on surfe, on vole, on est libre…enfin bon, il faut quand même éviter un peu de se vautrer dans un bourbier comme un gros Toyota à la con.

Posté par ptiluc à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur deux jours plus loin

Nouveau commentaire