03 janvier 2008

de Huambo a Lubango

Premier jour de l’année deux mille huit… Huambo n’est pas une ville terriblement passionnante, une seule nuit m’y suffira très bien, surtout que j’aime pas ça les piaules avec juste une toute petite fenêtre genre soupirail au ras de plafond, et au tarif angolais, autant chaque jour essayer autre chose. Je suis arrivé à huit heures ce matin, je repartirai à huit heures demain, c’est bon, c’est amorti, je pourrai reprendre la route reposé, j’en avais sacrément besoin. A Huambo, on a, comme partout dans ce pays, des immeubles soviétiques... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2008

de Xangongo a Etosha

Xangongo, le quatre janvier Dans l’unique Pensao de la ville, le groupe électrogène fait tellement de bruit que les murs de la piaule en vibrent. Si l’Angola vit ses soirées au rythme des groupes électrogènes, on peut dire qu’ici c’est du super vivant…mais vu comme ça, ça ne se voit pas vraiment. Depuis Lubango jusqu’ici, on descend des plateaux pour arriver dans une interminable plaine suffocante. Le long de la large piste de tôle ondulée, la tendance est au Sahélien; acacias épineux, baobabs et herbes sèches sur sol... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 10:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2008

les sepents et les meteores

Quand je suis arrivé à Grootfontein et que j’ai cherché à savoir où il y’avait moyen de dormir. Tout le monde voulait m’envoyer dans des Lodges. J’ai eu un mal de chien à arriver à savoir où ils allaient dormir, les gens, quand ils n’habitaient pas le bled mais n’étaient pas non plus des touristes tout rouges en quat’quat de location avec pare buffle de la mort. J’ai fini par me retyrouver dans une espèce de centre aéré presqu’aussi déglingué que la Féria Popular de Luanda, avec ses trois piscines en ruines. Une grande avec un super... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2008

le couloir de Caprivi

Le jour suivant, je ne sais même plus c’est quoi la date, mais bon, je me suis tapé cinq cent bornes de route toute droite avec toujours le même paysage de savane arbustive à la con. A mi chemin, il y’avait quand même une ville. Rundu que ça s’appelle, on est juste avant le couloir de Caprivi, cette fine tranche de Namibie qui longe le sud de l’Angola jusqu’à la frontière de Zambie et qui pendant toute la durée de la guerre servait de base arrière à l’Unita et était bien sur, une région totalement infréquentable. Depuis tout... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2008

a Livingstone, i presume...

Des bords du fleuve Okavango où j’ai passé la nuit dans un bungalow peinard, jusqu’aux chutes Victoria, on longe le delta du même Okavango. C’est dans ce coin qu’il y’a le plus d’éléphants sur ce continent. Normalement, on doit en croiser plein sur la route, même que y’a un grand panneau tous les dix kilomètres pendant cent cinquante bornes qui te dit de faire vachement gaffe . Moi j’ai vu que des crottes, mais alors plein que j’en ai vu et des balèzes. Même Tibet, il en a jamais fait pas des comme ça après qu’on lui ait débouché... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2008

le retour du pneu de la mort qui tue...

La route de Livingstone à Lusaka s’étire pendant presque cinq cents kilomètres de campagnes verdoyantes et légèrement vallonnées. Au début, elle est pas mal défoncée, ça occupe un peu , après, presque, on s’endormirait. J’avais prévu de faire ça en deux étapes, de me trouver une petite piaule au deux tiers du trajet, d’y travailler un peu et d’arriver à peu près frais à l’Alliance Française le lendemain matin. Il pleut beaucoup ici. En Angola et en Namibie, on se plaignait du manque de... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 11:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2008

Le treizième jour de l’année…

 Aujourd’hui, il pleut. Euphémisme…Aujourd’hui le ciel carrément s’effondre sur nos têtes. Ce serait arrivé hier ou avant hier, j’aurais un peu fait la gueule. Mais aujourd’hui je suis peinard chez Jean-Luc, le jeune directeur de l’Alliance Française. On papote, on bouquine, on fait la lessive. Il héberge Tsungaï, un Zimbabwéen qui écrit des vaudevilles en français. On refait le monde. Enfin, surtout on refait l’Afrique, et c’est déjà du boulot. Pendant ce temps, tranquillement, la piscine se remplit et la rue se transforme en... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2008

la suite

Lundi, juste après J’ai donc quitté Lusaka, capitale de la Zambie, ville assez anonyme mais pas moche non plus. Plutôt étendue, avec son pas de centre et ses tas d’avenues dispersées, la ville est un peu arborée mais pas trop. On a un peu du mal à s’y repérer parce qu’on est jamais vraiment certain d’être dehors ou dedans et il n’y a pas des masses d’ d’indications. Pour en sortir, j’ai un peu ramé. Il fallait que je redemande ma route tout le temps. Je crois que j’avais la tête dans les nuages, ou plutôt dans le... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2008

Le lendemain c’était la douane.

Le lendemain c’était la douane. C’est là qu’on jubile d’être sur deux roues. La route de la douane, c’est une bonne centaine de kilomètres de camions qui roulent les uns derrière les autres. Des qui portent des bulldozers, des Tata indiens tout neufs par convois entiers, des doubles semis remorques pleins à rabord et moi au milieu et la pluie au dessus. Les quatre ou cinq kilomètres avant la frontière, ce n’est qu’un gros tas informes de camions en attente, parfois depuis longtemps vu leur enlisement dans les bourbiers. J’ai mal dormi... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2008

entrée à Lubumbashi

                           On arrive, à Lubumbashi comme dans toutes les villes d'Afrique par des quartiers tout pourris; Ici, ce qu'il y'a en plus c'est des portiques d'entrée qui se la pêtent et puis aussi des mines de cuivre...                                              Et tiens, tant que j'... [Lire la suite]
Posté par ptiluc à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]